L’agent immobilier et le formalisme du mandat
16 mars 2016
Lorsque la Loi Carrez devient une source de responsabilité pour les professionnels de l’immobilier
3 avril 2017

EXTENSION DE LA RESPONSABILITE DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

Par un arrêt du 8 juillet 2015, la Cour de cassation est venue préciser l’étendue de la responsabilité des diagnostiqueurs immobiliers en cas de diagnostic erroné.

Des particuliers avaient acquis un bien immobilier. Un état parasitaire était annexé à l’acte de vente, mentionnant des « traces de termites et d’insectes xylophages sans activité ». Après l’achat, les acquéreurs constataient que la maison était infestée de termites et autres insectes à larves xylophages. Ils demandaient alors en justice la condamnation du diagnostiqueur, qui avait fourni l’état parasitaire erroné, à leur payer le coût des travaux de réparation des dégâts causés par les insectes.

La question se posait de savoir si l’acquéreur d’un bien immobilier, dont l’acte de vente comprend un état parasitaire ne révélant pas l’état d’infestation de l’immeuble par les termites, pouvait demander au diagnostiqueur de lui payer le montant des travaux de réparation des dégâts causés par les insectes xylophages, bien qu’il ne soit pas à l’origine de leur présence ?

L’assureur du diagnostiqueur soutenait que l’acquéreur n’avait perdu que la chance d’avoir pu acquérir le bien à des conditions tenant compte du coût des travaux à engager.

Selon la Cour de cassation, l’état parasitaire, annexé à l’acte de vente, garantit l’acquéreur contre le risque de présence de termites et autres insectes xylophages. La responsabilité du diagnostiqueur se trouve engagée lorsque le diagnostic n’a pas été réalisé conformément aux normes édictées et aux règles de l’art et qu’il se révèle erroné. Le diagnostiqueur doit donc indemniser les acquéreurs du coût des travaux de réparation des dégâts causés par les insectes.

Cette décision s’inscrit dans le sens du renforcement de la sécurité des transactions immobilières et de la protection des acquéreurs voulu par le législateur. A cet effet, l’article L. 271-4 du code de la construction et de l’habitation prévoit que plusieurs diagnostics techniques doivent être remis à l’acquéreur d’un immeuble bâti, et pour certains d’entre eux, le vendeur qui s’abstient de les remettre à l’acquéreur ne peut s’exonérer de la garantie des vices cachés, même en présence d’une clause contraire dans le contrat de vente. Le code de la construction et de l’habitation encadre en outre strictement les obligations des diagnostiqueurs : ils doivent présenter des garanties de compétence, d’indépendance et d’impartialité, disposer d’une organisation et de moyens appropriés à l’exercice de leur mission et souscrire une assurance de responsabilité.

 

Simon AUBIN

Avocat

Ancien Membre du Conseil de l’Ordre

Spécialiste en droit immobilier

Qualification spécifique Droit de la construction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *